Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Un missile sur roues

Mercredi dernier, sur le Circuit Club de Magny-Cours. Le coeur battant, je sors des vestiaires. Je n'arrive pas à croire que je sois vraiment ici, ni que je vais vraiment faire ce que je m'apprête à faire. C'est un vieux rêve qui se réalise : je vais piloter une Formule 1. Le stage s'ouvre par de la conduite sur Formule Renault, une monoplace de 200 chevaux. Après un court briefing sur les techniques de pilotage de monoplace, je rejoins la FR. Les impressions sont d'emblée déjà excellentes lorsque j'entame mon premier tour de circuit. Cette petite Formule 1 file jusqu'à 220 km/h. Et comme on est bien fixé à l'intérieur, on ne sent pas vraiment sa puissance. Il n'y a que dans les virages qu'on saisit qu'on est au volant d'un véritable bolide. Cet échauffement m'a bien plu, et c'est avec impatience que je m'apprête à monter à bord de la Formule 1. Comme cette dernière est infiniment plus sensible (elle possède 700 chevaux, à titre de comparaison), le brief' dure cette fois plus longtemps. Mais après avoir rongé mon frein vingt bonnes minutes, me voilà paré, mains sur le volant. Impossible d'exprimer ce qu'on sent quand on se retrouve là, sur le bord de la piste : la frousse est presque aussi grande que l'impatience ! Le mécano m'aide à démarrer, puis j'appuie sur la pédale de gaz pour chauffer le moteur. Je monte tout doucement à 4500 tours/minute. Puis je retire lentement le pied de la pédale de débrayage et la F1 rejoint la piste. J'enclenche la pédale d’accélération après la sortie des stands : je me retrouve brusquement plaqué contre mon siège. Je prends en pleine face des sensations spectaculaires, mais je ne dois pas baisser la garde. La direction s'avère plus difficile que je ne l'imaginais (il n'y a pas la direction assistée, comme pour la FR). Je passe quelques chicanes et me retrouve brusquement face à ma première ligne droite. Je mets la gomme et les vitesses se suivent les unes après les autres : 4, 5, puis je passe la 6ème. Le son du moteur est ahurissant mais j'essaie de rester focalisé sur ma trajectoire. Les trois tours passent à toute allure et c'est déjà le moment de regagner le box. Décidément, l'expérience était intense mais un peu courte à mon goût. Heureusement, il reste les souvenirs : ceux-là vont durer très très longtemps. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site sur cette activité de baptême de F1.

Les commentaires sont fermés.