Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • De la fantaisie des montres

    « Que veulent les femmes ? »Nombreuses sont les marques horlogères qui se sont posé la question. Pour Aurélia Jouhanneau, responsable des relations médias chez Audemars Piguet, « cela ne se résume pas à tout ce qui est petit, rose et mignon ». Ouf ! Pas question non plus de se contenter de décliner un modèle masculin avec quelques diamants, au risque du flop assuré. Heureusement, depuis quelques années, il y a du progrès en la matière, les phénomènes qui commandent l’acte d’achat féminin étant étudiés de près – après tout, les montres femme représentent un tiers des ventes. D’où des collections 2018 aussi glamour que techniques. Ainsi de la nouvelle Millenary Frosted Gold cadran opale d’Audemars Piguet. La montre bat au rythme d’un calibre mécanique visible sur le cadran construit en plusieurs niveaux. Sa forme ovale la distingue des modèles ronds conventionnels, tandis que son bracelet en maille milanaise apporte une touche chic. Mais ce qui attire, c’est son boîtier en or rose agrémenté d’une finition Frosted Gold pour un effet givré, grâce à une technique de martelage du métal. C’est beau. Même émotion en découvrant la nouvelle Piaget Extremely Lady. En plus de rapprocher la clientèle du mythe de Jackie Kennedy – c’était sa pièce fétiche dans les années 1970 –, Piaget propose des bracelets en or ciselé, travaillés comme des étoffes de haute couture. Trois décors sont disponibles : givre, fourrure et bois. Le cadran au turquoise éclatant, lui, est pile dans la tendance. Car, c’est un fait, le nuancier Pantone inspire les horlogers. La couleur s’invite sur les cadrans mais aussi sur les bracelets. Parmi les nombreuses propositions, on note le menthe ou bleu clair de la nouvelle Luminor Due d’Officine Panerai. Pour celles qui trouvaient trop imposantes les créations maison de 42, voire 45 mm de diamètre, Panerai propose désormais une version idéalement proportionnée de 38 mm. C’est pop, frais et diablement sexy pour une belle mécanique. Dans le registre technique, on note également le très bel exercice de style de Van Cleef & Arpels. Quatre ans après avoir lancé la toute première montre Midnight Planétarium, la maison livre une version féminine en 38 mm façon « la tête dans les étoiles ». La Lady Arpels Planétarium affiche sur son cadran une voûte céleste miniature imaginée par Christiaan van der Klaauw. Le ballet des astres s’organise comme suit : Mercure, Vénus, la Terre et la Lune gravitent autour du Soleil selon leurs rythmes respectifs, soit un tour complet de cadran en 88 jours pour Mercure, 224 jours pour Vénus et 365 jours pour la Terre. Nouveauté : la Lune tourne elle-même autour de la Terre en 29,5 jours. Dit ainsi, cela paraît trivial mais il n’est pourtant question que de poésie (et de science).

  • Un missile sur roues

    Mercredi dernier, sur le Circuit Club de Magny-Cours. Le coeur battant, je sors des vestiaires. Je n'arrive pas à croire que je sois vraiment ici, ni que je vais vraiment faire ce que je m'apprête à faire. C'est un vieux rêve qui se réalise : je vais piloter une Formule 1. Le stage s'ouvre par de la conduite sur Formule Renault, une monoplace de 200 chevaux. Après un court briefing sur les techniques de pilotage de monoplace, je rejoins la FR. Les impressions sont d'emblée déjà excellentes lorsque j'entame mon premier tour de circuit. Cette petite Formule 1 file jusqu'à 220 km/h. Et comme on est bien fixé à l'intérieur, on ne sent pas vraiment sa puissance. Il n'y a que dans les virages qu'on saisit qu'on est au volant d'un véritable bolide. Cet échauffement m'a bien plu, et c'est avec impatience que je m'apprête à monter à bord de la Formule 1. Comme cette dernière est infiniment plus sensible (elle possède 700 chevaux, à titre de comparaison), le brief' dure cette fois plus longtemps. Mais après avoir rongé mon frein vingt bonnes minutes, me voilà paré, mains sur le volant. Impossible d'exprimer ce qu'on sent quand on se retrouve là, sur le bord de la piste : la frousse est presque aussi grande que l'impatience ! Le mécano m'aide à démarrer, puis j'appuie sur la pédale de gaz pour chauffer le moteur. Je monte tout doucement à 4500 tours/minute. Puis je retire lentement le pied de la pédale de débrayage et la F1 rejoint la piste. J'enclenche la pédale d’accélération après la sortie des stands : je me retrouve brusquement plaqué contre mon siège. Je prends en pleine face des sensations spectaculaires, mais je ne dois pas baisser la garde. La direction s'avère plus difficile que je ne l'imaginais (il n'y a pas la direction assistée, comme pour la FR). Je passe quelques chicanes et me retrouve brusquement face à ma première ligne droite. Je mets la gomme et les vitesses se suivent les unes après les autres : 4, 5, puis je passe la 6ème. Le son du moteur est ahurissant mais j'essaie de rester focalisé sur ma trajectoire. Les trois tours passent à toute allure et c'est déjà le moment de regagner le box. Décidément, l'expérience était intense mais un peu courte à mon goût. Heureusement, il reste les souvenirs : ceux-là vont durer très très longtemps. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site sur cette activité de baptême de F1.

  • Les fake news

    Si vous pensiez que les fake news pourrissaient déjà bien assez votre vie et notre système, je vous suggère de vous préparer au pire. Car les fake news nouvelle génération sont sur le point de faire leur apparition. Et avec elle, c'est le concept même de réalité qui va tendance à devenir très flou et incertain.

    Des chercheurs de l'université de Stanford ont en effet créé un outil qui permet de plaquer n'importe quel discours dans la bouche d'une personne filmée en vidéo. Et ce, de manière à ce que les paroles correspondent au mouvement des lèvres. Il sera donc bientôt possible de faire dire à Donald Trump n'importe quoi ! Euh... Mauvais exemple : il dit déjà n'importe quoi. Mais il sera possible de faire dire à n'importe qui n'importe quoi. Vous voulez prouver qu'Obama est bien musulman ? Il suffira de le lui faire dire sur une vidéo et de faire "fuiter" la vidéo sur internet. 

    Imaginez un peu les possibilités en matière de fake news. Les hackers russes doivent être en train de se frotter les mains en songeant à tout ce qui s'offre à eux. D'ici peu, les complotistes pourront faire avouer aux célébrités qu'elles sont des Illuminati, des reptiliens, des gens d'Uranus, ou même des poules ! Si vous avez déjà vu les milliers de vidéos complotistes qui circulent sur Facebook, dites-vous bien que ce n'est qu'un commencement. Et quand on sait que ces vidéos conduisent souvent vers des vidéos djihadistes et servent à recruter de nouveaux membres, imaginez les dégâts lorsque ces outils seront utilisés par Daesh. Car il ne faut pas se leurrer : eux aussi les utiliseront...